Chers amis,

Les évènements qui se sont déroulés dans l’église St Eugène-Ste Cécile à Paris et dans l’église Ste Jeanne d’Arc à Reims ainsi que les conséquences qui en découlent actuellement sur le plan judiciaire et canonique nous invitent à une plus grande vigilance. Nous savons que nous sommes observés, scrutés et que certains seraient ravis de nous faire tomber. S’il est difficile d’être parfait, évitons de prendre des bâtons pour nous faire battre.
Tout d’abord, je tiens à vous remercier du fond du cœur pour votre persévérance et votre assiduité à respecter les gestes barrières qui nous sont demandés pour que nos églises restent légalement ouvertes. Face aux évènements que nous subissons depuis plus d’un an, vous avez su faire preuve de résilience et de confiance en la Providence.
Nous devons continuer à persévérer dans cet état d’esprit. Obéir aux gestes barrières préconisés n’est pas une réaction de peur servile face à la sanction. C’est d’abord et avant tout une réaction de prudence et surtout de charité. Prudence, car être dans « les clous » préserve assurément l’accès à l’église et aux offices, ce que nous voulons par-dessus tout. Charité, car nous ne devons pas être, aux yeux de nos frères les hommes, une occasion de scandale engendrant un éloignement (plus grand) de la foi. Je vous invite, pour cela, à relire la 1ere lettre aux Corinthiens, chapitre 8. « Faites attention à ce que votre liberté ne cause pas la chute de ceux qui sont mal affermis dans la foi (…) C’est pourquoi, si ce que je mange devait causer la  chute de mon frère ou de ma sœur, j’y renoncerais à tout jamais, afin de ne pas être une occasion de chute. » 1Co 8, 9.13
En conséquence, je vous rappelle les règles édictées pour les églises, que je m’engage, pour ma part, à mieux respecter :
-Porter le masque dans l’église et sur le parvis lors des messes dominicales.
– Respecter l’espacement entre chaque famille ou fidèle, ainsi que la règle d’un banc sur deux.
-User du gel hydro-alcoolique à l’entrée de l’église.
– Eviter les attroupements à la sortie de l’église en s’espaçant au maximum.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *